Passer directement au contenu principal
SUPERBLINDTEST
Rendez-vous le 25.04 à Magmaa pour assister au plus grand championnat universel de Blindtest de Nantes ! Plus d'infos
[FESTIVAL] Iron Malt au Hellfest 2023
Cette édition 2023 du Hellfest s’est déroulée du 15 au 18 Juin et durant ces 4 jours, Iron Malt, était présent. Cette année c’est John et Luna qui s'y collent : Live-report, Photos, Interviews. Suivez-nous au cœur de l’enfer.
Sanctuary

Jeudi 15 - Premier Jour

Arrivé·es la veille nous avons déjà fait fit du soleil (chaud mais moins que l’an passé) et sommes paré·es pour ce premier jour. 

Alors que les festivaliers·ères patientent devant les portes du site nous pouvons profiter du premier concert du festival, sur la Hellstage, avec Locomuerte et leur hardcore « Chicanos »  

Locomuerte

Une fois les portes ouvertes il est temps pour tout le monde de rejoindre sa scène préférée.

Pour notre part on retrouve la première de nos pépites cachées : 

Episode 119 // Chili Con Pépites
Iron Malt
 

Avec Aephanemer 

Les fans sont venus nombreux·ses acclamer le death mélodique des Toulousains, on remarquera la présence d’une nouvelle venue, la talentueuse Laure Bègue à la basse.

Aephanemer

Nous avons eu la chance d’avoir Marion (chant, guitare rythmique) et Martin (guitare lead) en interview, juste ici :

Aephanemer
Interview Aephanemer
Hellfest 15 Juin

« Hellfest de merde ! Capital de la dissonance cognitive ! Personne ne veut être à l’affiche aux cotés de Johnny Depp, personne ne veut être à l’affiche aux cotés de Tim Lambesis » (chanteur de « As I lay Dying » jugé coupable en 2013 pour avoir tenté d'engager un tueur à gages dans le but d'assassiner son épouse)

Ce sont sur ces mots que commence le set de  PO2SIE Z2RO, un grand n’importe quoi assumé pour la première fois sur la Warzone, un show unique qui n’a laissé personne indifférent. 

PO2SIE Z2RO

Un détour sur la Valley pour le groupe de Sludge qui monte en flèche,  Dvne. Un jeu plus rapide que ce à quoi on s’attendait même si on y retrouve des morceaux longs (10 minutes environ). 

Dvne @Matthieu Tramond - Vacarm.net

Comme il ne fallait pas aller voir Johnny Depp, nous nous sommes donné ce mal pour vous, place à Hollywood Vampires super groupe fondé par Alice Cooper, et donc ça donne quoi ? 

Un Johnny Depp qui se retrouve ivre sur scène, et sa prestation en pâti fatalement, ne semblait pas savoir comment utiliser le micro. Avec un Alice Cooper au minimum qui semble avoir créé un groupe juste pour que son pote se prenne pour une rock star, ce n’est ni fait ni à faire, au suivant. 

Hollywood Vampires @Steph Pictures - Rock & Folk

Ambiance déjantée et costumée pour les papys du punk, les Ludwig Von 88 qui font danser la Warzone avec tout leurs tubes, les « HLM », « William Kramps » et autre « New Orleans ».

Ludwig Von 88 @axlpict - Aficia.info

Il est temps de retrouver les différentes têtes d’affiche de ce jeudi :

Sur la Warzone on retrouve Gérard Baste et ses compères. Il n’y a vraiment que les Svinkels capables de mettre le feu au Hellfest avec du Rap même si leur esprit punk n’est jamais loin. 

Svinkels @Matthieu Tramond - Vacarm.net

Sur la Mainstage, nous avons droit à la quatorzième tournée d’adieu de Kiss, un sacré show son et lumière, en ̶p̶l̶a̶y̶b̶a̶c̶k̶ « pistes préenregistré d’accompagnement ». 

Kiss @Steph Pictures - Rock & Folk

Et sur l’Altar, légende du Death mélodique scandinave Hypocrisy. Du grand art, un excellent concert, le jeu de scène, la lumière, accompagné par la fumée nous donne une scène presque biblique. Toujours aussi efficaces. 

Hypocrisy

Et on finit sur du black avec Behemot, une Temple pleine à craquer pour les maîtres polonais, en communion avec son public, on aurait pu rentrer à la maison juste après ces deux concerts, la joie est perceptible en fin de ce premier jour. 

Behemoth

Retrouve toutes les photos du jeudi :

Festivaliers

Vendredi 16 - Deuxième jour

Jour qu’ont choisi Gabrielle et Jeremy pour se marier, sur le site du Hellfest, là où ils s’étaient rencontrés un an auparavant. 

C’est aussi une journée off pour nous (comprenez qu’on va bosser toute la matinée). 

Ça ne nous empêche pas de nous réveiller avec les bébés Slipknot Alias Vended où officient Griffin Taylor et Simon Crahan (respectivement fils du chanteur et du percussionniste) qui n’ont rien à envier à leurs illustres ainés. 

Vended @Matthieu Tramond - Vacarm.net

En début d’après-midi on retrouve les hard rockeurs de  Skid Row  et leur nouveau chanteur, le jeune (35 ans c’est jeune pour le groupe) Erik Grönwall, gagnant de la ‘’Nouvelle Star’’ suédoise et qui chante à merveille tous les tubes du groupe. 

On passe au metalcore avec Motionless in White. Outre le fait que le guitariste rythmique est un sosie de « Livaï » de « l’Attaque des Titans », le groupe est très bon.  

Mais il y a quelque chose qui me dérange, j’ai l’impression que si j’avais 16 ans j’adorerais, et je commence à avoir un drôle de pressentiment, je me demande si toute la journée n’est pas faite pour l’ado qui sommeille en chacun de nous.  

Nous verrons si la suite du programme me donne raison. 

Motionless in White @Matthieu Tramond - Vacarm.net

A l’heure où l’ouest ressent le tremblement de terre, nous ne sentons que les basses d’ Alter Bridge, groupe qui a bercé nos adolescences ne serait-ce qu’avec « Metalingus », l’hymne du catcheur « Edge », de plus le groupe est toujours au top de sa forme, Mark Tremonti incroyable à la guitare et Myles Kennedy n’a rien perdu de sa voix qui tient toujours les 4 octaves (dont il nous a fait la démonstration sur leur tube « Blackbird »), bref de grands professionnels de la musique, un bonheur ! 

Alter Bridge

Décidément les fans de catch sont aux anges, puisque maintenant c’est Papa Roach dont le morceau « To Be Loved » est l’hymne de Smackdown. 

Et n’étant pas fan on ne s’attendait à rien et nous avons été agréablement surpris, le groupe était bienveillant et heureux d’être là, un plaisir communicatif, une bonne surprise. 

Papa Roach @Matthieu Tramond - Vacarm.net

Sur la Warzone, Josh a pu voir les Flogging Molly 

Josh : Les Flogging Molly était une des grandes attractions du vendredi. Le groupe était très attendu par le public, en témoigne une Warzone remplie à ras bord, telle une bonne pinte de Guinness.  

Les Flogging Molly s'inscrivent dans une grande et belle tradition de musique irlandaise, mêlée à la furie du Punk. Le set a mixé des immanquables comme « Drunken Lullabies » ou « Devil Dancefloor », mais également des sons plus traditionnels. Ce doux mélange nous transporte au Dollans Pub de Limerick, entre les relents de whisky et les bagarres d'ivrogne.  

Bref, un bon kiff qui nous a fait danser encore un peu sur la piste du diable 

Flogging Molly @axlpict - Aficia.info

C’est au tour de Def Leppard, pas une aussi grosse catastrophe qu’à laquelle on aurait pu s’attendre, comprenez que ça fait le taf, mais pour le show c’est le minimum syndical, et bonjour les effets kitch sur les écrans (spéciale dédicace à l’effet « écran sale » qui voudrait se faire passer pour un ciel étoilé ! ) 

Def Leppard

Préparez-vous c’est du lourd. Cachez les personnes sensibles car débarque sorti de nulle part Machine Gun Kelly et comme on se doute que vous n’êtes pas allés le voir, nous l’avons fait pour vous. 

Ne regrettez rien, c’était encore pire que nous pouvions l’imaginer, une torture, en à peine 10 minutes un sentiment de haine et de colère nous envahit. 

Alors ce qui ne va pas : 

  • MGK est un mauvais musicien, à la guitare comme au chant (d’ailleurs il ne peut pas faire les deux en même temps) 
  • La troisième guitare est jouée par la seule femme du groupe, et alors que tous les hommes sont habillés, elle, n’est vêtue que de sous-vêtements et n’a eu le droit qu’à quelques secondes de solo sur le set complet, son rôle était clair : prendre des poses lascives pendant tout le concert (et elle a une guitare rose, bordel !) 
  • Comme nous sommes dans le paraître, il faut se grimer en « Métalleux », à l’image du batteur qui se retrouve affublé d’une muselière qui le gêne indubitablement (et qu’il retire quasiment dès le début du concert), et MGK qui se pavane dans des vêtements flambants neufs et qui a dû faire une recherche « coiffure rock » sur Google Images pour s’affubler de pointes de cheveux dignes des coupes de rock commercial du début des années 2000. Au moins ça donne le ton. 
  • De toute façon, peu importe le reste du groupe, la star c’est MGK et on te le fait comprendre : suivi en permanence par deux spots, il commence le show au sommet d’une pyramide, avec sur l’écran derrière lui, soit le soleil, soit des divinités grecques, soit des photos de lui-même ! Non ce n’est pas une blague ! 
  • Au fur et à mesure que le set avance, il arrête de faire semblant, à l’image de ce morceau pré-enregistré en autotune. 

Bref la liste est longue, aucun intérêt musicalement, aucun message, uniquement du paraître, il quitte la scène sous des huées bien méritées. 

Machine Gun Kelly @Florentine Pautet - bento.me/florentinepautet

Heureusement Rancid était là, après avoir « sauvé » le punk au début des années 90, il sauve notre soirée. 

Rancid @Florian Denis - Metalorgie.com

Nous rentrons au camping tandis que Josh, toujours sur les bons plans punks, reste danser jusqu’au bout de la nuit avec Gogol Bordello 

Josh : Imagine, tu as bossé toute la journée, servi mille pintes et une tourtelle, il est 1h du mat' et tu cherches un endroit où te ressourcer.  

Naturellement, tes pas te conduisent vers la Warzone, et le curieux son de violon et d'accordéon qui en émane. 

Pas d'inquiétudes, tu n'es pas égaré dans un bal musette mais devant Gogol Bordelo !  

Un concert qui réanime tout bon macchabée qui se respecte. Plus besoin de jambe pour te porter, ni d'épaule pour pogoter. Les Gogol Bordello ont secoué la Warzone une dernière fois avant de lui souhaiter une bonne nuit.  

Un concert frénétique et une folle envie de se jeter dans le pit mêlant punk et musique des Balkans. 

Retrouve toutes les photos du vendredi :

Festivalier.es

Samedi 17 - Troisième Jour

Ce samedi commence très fort puisqu'à 10 heure, c’est déjà la guerre devant le hardcore brutal de Hard Mind.  

Hard Mind

Un groupe qui marque par son engagement, ils nous en disent plus dans l'interview à suivre.

Interview Hard Mind
Hellfest 17 juin

Une fois la Warzone bien chaude, c’est tout le festival qu’il faut réveiller. Et pour ça, il y a un groupe que l’on attendait beaucoup : Bloodywood

Quand je pense qu’en 2016, le "groupe" consistait en un mec tout seul qui faisait des covers sur youtube, on peut dire que le groupe a bien grandi et nous offre un excellent nu metal, teinté de hardcore et de folk indien. Et le public ne si trompe pas : Il est venu nombreux les acclamer. 

Bloodywood

Un passage par la Hellcity pour y voir les vulves assassines et leur hard électro. 

Malgré un set programmé tous les jours, iels sont nombreux.ses à venir les soutenir.

vulves assassines

De retour devant la Mainstage pour Puscifer, un rock indé chargé d’étrangetés...comme venu d’un autre monde. 

D’ailleurs ces musiciens aux mouvements erratiques, vêtus tels des « men in black » qui passent leur temps à nous affirmer aimer les « choses humaines », me font douter de leur nature…

Puscifer @Florian Denis - Metalorgie.com

A suivre le deathcore mélodique de Arch Enemy toujours sur la main stage. Mené depuis 9 ans par Alissa White-Gluz, qui sait toujours comment mettre à contribution son public. 

(petite devinette : trouve sa couleur préférée ?) 

Arch Enemy @Steph Pictures - Rock & Folk

Ensuite la scène est envahie par les loups-garous de Powerwolf : gros sons, chant puissant, décors, jeu de scène et humour, le package complet pour passer un bon moment dans l’ambiance power metal ! 

Powerwolf @Trexsound.com

Dans le même temps ce sont les trolls qui prennent place sur la Temple, puisque Finntroll nous embarque dans un monde de fantasy pagan à la lourde influence black.  

Décidément les monstres savent comment nous donner du beau spectacle. 

Finntroll

La grosse tête d’affiche de ce samedi c’est bien-sûr Iron Maiden

Ce n’est pas la première fois qu’ils viennent au Hellfest et à chaque on voit passer le nombre des années, pourtant ils sont encore chauds les papis !

Iron Maiden @Florentine Pautet - bento.me/florentinepautet

Enfin du 100% pagan : Faun est arrivé. 

Comme d’habitude un groupe de pagan ça se voit, ça se vit ! Et c’est encore une fois très vrai. 

Mené au chant par « Laura Fella » (qui fait aussi le tambour sur cadre) et « Adaya Lancha Bairacli » (qui fait aussi la cornemuse et la flûte) nous y retrouvons aussi moult instruments tels que la harpe celtique, le Nyckelharpa, la vielle à roue et même le bouzouki. Bordel, c’est génial ! 

Faun

Et on termine en beauté avec The Hu ! 

Très attendu (ce qui explique pourquoi il y avait le double de personne à l’extérieur d’une Temple déjà pleine à craquer), le groupe nommé "Artiste de l’UNESCO pour la paix" nous a livré un très bon set, appuyé par un public déjà conquis. 

The Hu @Steph Pictures - Rock & Folk

Retrouve toutes les photos du samedi

Festivalière

Dimanche 18 - Dernier Jour

Et on commence ce dernier jour encore une fois sur la Warzone et encore une fois avec du hardcore, enfin plus ou moins, il faut dire que Beyond the Styx et un groupe qui a énormément évolué au cours de sa carrière. 

Beyond the Styx

Retrouvons les en interview :

Beyond the Styx
interview Beyond the Styx
Hellfest 18 juin

 

Pendant ce temps Josh était sur la mainstage pour voir Skynd 

Celui là, Skynd fut une autre découverte inattendue de ce festival.

Un réel coup de cœur pour ce groupe.

Ce Duo Australien a pour particularité d'écrire des chansons sur des tueurs en série et des crimes bien réels. Par exemple Ed Kemper ou la tuerie de Columbine.  

Un choix artistique qui nous mène dans un univers sombre mais fascinant.

Skynd @Steph Pictures - Rock & Folk

Autre grand moment : le passage de Treponem Pal

Les pionniers de l’indus français on fait le parfait choix de nous faire profiter d’un set composé de morceaux de toutes leurs périodes. On retrouve alors leur indus aux multiples influence (hardcore, metal, DUB, etc). 

Treponem Pal

Nous avons eu la chance d’avoir Marco, le frontman du groupe en interview. Nous revenons avec lui sur leur carrière et leur avenir. 

Treponem Pal
Interview Treponem Pal
Hellfest 18 juin

A retrouver en septembre au Ferrailleur !

 

Après The Hu c’est l’autre phénomène du net qui débarque, en la personne de Electric Callboy

Après avoir fait évoluer le genre en un electrocore humoristique et avoir échoué à participer à l’eurovision, ils sont devenus incontournables sur internet. Il était donc logique de les voir au Hellfest. 

Un très bon moment même s’il y aurait eu plus d’ambiance en les programmant le soir plutôt qu’en plein après-midi. 

Electric Callboy @Matthieu Tramond - Vacarm.net

Encore du death, puisque c’est au tour d’Amon Amarth

Le groupe a totalement épousé son rôle d’initiateur du mouvement viking metal, la scène devient une pièce de théâtre où se croisent serpent de mer et drakkars, le tout sous des jets de flammes, incroyable. 

Amon Amarth @Steph Pictures - Rock & Folk

Suite l’annulation de dernière minute de Incubus, les Espagnols de Crisix arrivent en héros pour sauver notre soirée. 

Et quel show mes aïeux ! Quelle énergie ! Quelle joie communicative ! 

Entre les interludes de « Juli Baz "Bazooka" Sánchez » le chanteur, ce moment où ils s’échangent les instruments, le show qui se termine sur la conga de "The Mask" ou encore lorsque « Marc "Busi" Busqué Plaza » le guitariste se retrouve au milieu de milliers de festivalier·ères qui font un circle pit autour de lui. 

Un concert à couper le souffle et probablement mon concert préféré de cette édition s’il n’y avait pas eu… 

Crisix @Crisix

Tenacious D !!! 

Non vous ne rêvez pas Tenacious D !  

Jack Black et Kyle Gass étaient présents au Hellfest pour faire tous leurs classiques (et quelques nouveaux) chantés en chœurs par le public. 

Une mise en scène aux petits oignons et des interventions à hurler de rire, nous aurions voulu le revoir encore et encore. Cette heure en leur compagnie fût si courte, nous aurions adoré en avoir plus ! Que c’était bien, quel bonheur.

Une seule chose à dire « merci beau-cul ! » 

Tenacious D

L’autre grand moment c’est bien sur Pantera

Groupe qui avait cessé d’exister depuis la mort du fondateur et guitariste « Darrell Abbott » alias « Dimebag Darrell », assassiné sur scène en 2004 suite à la séparation du groupe. 

Le groupe s'est reformé en 2023 avec le grand « Zakk Wylde » (meilleur ami de Darell et également ancien guitariste d’« Ozzy Osbourne ») et le batteur d’ « Antrhrax » « Charlie Benante » (qui remplace « Vinnie Paul » frère de Darell, décédé en 2018). 

On retrouve alors un groupe hommage, à l’image des nombreux passages remémorant par des photos et des vidéos la vie des 2 frères disparus. 

Pantera @Steph Pictures - Rock & Folk

Cette édition 2023 du Hellfest s’achève avec des habitués, puisque c’est Slipknot qui ferme la marche. 

Slipknot @Steph Pictures - Rock & Folk

Retrouve toutes les photos du Dimanche

Festivalière

Une édition particulièrement marquante (si on oublie MGK bien sûr), on a hâte de retrouver le Hellfest dès l’année prochaine, et en attendant ce ne sont pas les festivals qui manquent !

Retrouve le festival en image


Article, Interviews et montage : John

Photos et prise de son : Luna

Un délice.
Publié le
Un article réalisé par : Jonathan Hernot
RIDE iT WiT ME
Nikodimos