Passer directement au contenu principal
[VIE ETUDIANTE] L'enseignement supérieur au coeur de la crise sanitaire
Grâce à une table ronde d'une heure, Prun' fait un tour d'horizon des problématiques et enjeux soulevés par la crise sanitaire à l'Université de Nantes et cherche des solutions avec ses invité.e.s.

Mardi 23 mars, nous avons accueilli différent.e.s acteur.trices de l'Université de Nantes pour une émission focus sur les problématiques soulevées par la crise sanitaire et son impact sur les étudiant.e.s. Souffrance psychologique, difficultés financières : Dans ce podcast, nous vous proposons un tour d'horizon des enjeux et solutions mis en place par l'Université, et de celles qui restent à imaginer...

Nos invité.e.s étaient Carine Bernault, Présidente de l'Université de Nantes et professeure en Droit privé - Philippe Dépince, directeur de Polytech Nantes - Annick Peters-Custot, directrice de l'UFR d'histoire, d'art et archéologie de Nantes - Sarah Haddou, psychologue et Lydie Gauchard, assistante sociale au Service Santé des étudiants - Emma, étudiante et membre du syndicat Sud Solidaire.

L'enseignement supérieur au coeur de la crise sanitaire
Interview de différent.e.s acteur.trice.s de l'Université de Nantes

Le challenge des cours en distanciel

Si les crises ont tendance à servir de révélateurs de situations, on peut constater que depuis 2020, les étudiant.e.s témoignent de nombreuses difficultés à suivre le contenu de leurs formations. Difficultés qui se font ressentir tant dans l'assiduité scolaire causée par les cours en distanciel, le manque d'informations concrètes concernant les formats d'examens, l'organisation des emplois du temps ... Non seulement la crise rend plus difficile l'apprentissage et l'enseignement, mais un autre problème est ici soulevé: l'amoindrissement du "tout pédagogique", comprenant  un échange physique entre professeur.e.s et élèves, une vie collective et sociale faite de dialogues réels et de moments de solidarité.

Il n'est pas possible de créer une vraie vie étudiante et une formation complète en distanciel.
—Annick Peters-Custot

De part et d'autre, la lassitude face aux cours en distanciel se fait ressentir. Le distanciel doit bien évidemment rester une mesure d'urgence mais nous ne sommes néanmoins pas sans relater quelques aspects positifs à cette forme singulière d'enseignement, souligne à Philippe Dépince. Pour le directeur de Polytech Nantes, il semble intéressant d'effectuer un retour dans les cellules pédagogiques sur comment profiter de ce que nous avons appris durant un an afin de repenser notre approche.

Isolement et précarité

La problématique des souffrances psychologiques engendrées par l'isolement et la précarité financière de certain.e.s a également été évoquée par les membres de l'Université qui ont rapidement pris conscience des enjeux. En janvier, un questionnaire a été envoyé à tout les étudiant.e.s, soit un total de 37 000, sur lesquels 10 400 on répondu, permettant de mieux cibler les mesures à prendre. Plus de 30% des étudiant.e.s présentent des symptômes de dépression.

Parmi les facteurs de troubles psychologiques, on retrouve principalement le manque de vie sociale, la difficulté à trouver un emploi étudiant, le fait d'être devant un écran toute la journée et la difficulté de se projeter dans un avenir incertain. Facteurs autour desquels gravitent de nombreuses problématiques pour lesquelles sont présentes - bien qu'en faible nombre, pour une moyenne d'1 pour 3000 étudiant.e.s contre 1 pour 300 selon les demandes européennes - des psychologues au sein des Universités

Des mesures pour faire face à la crise

Depuis le début de la crise, l'Université a mis en place certaines mesures pour lutter contre la précarité étudiante mais aussi la détresse psychologique 

Certaines sont nationales, comme les repas à 1 euros du Crous : dorénavant chaque étudiant.e bénéficie du droit à deux repas par jour au tarif d'un euro chacun avant la réouverture des restaurants universitaires.

Le gouvernement a aussi annoncé l'accompagnement Santé Psy Etudiants, un dispositif permettant à tous.tes les étudiant.es de bénéficier de séances gratuites avec un.e psychologue.

D'autres mesures sont spécifiques à chaque établissements. A Nantes par exemple, des médecins, psychologues et assistantes sociales sont présent.e au Service de Santé des Étudiants (SUMPPS). Durant cette période, ils et elles sont particulièrement sollicitées. Vous retrouverez les témoignages de Sarah Haddou, psychologue et Lydie Gauchard, assistante sociale au Service Santé des étudiants dans ce podcast.

Site de l'Université de Nantes

Dispositif d'accompagnement psychologique pour les étudiant.e.s

Informations sur les repas à 1 euro

Publié le
Un article réalisé par : Ingrid Thierry
Jealous
Fireboy DML