Passer directement au contenu principal
[VIE ETUDIANTE] Représenter positivement la vieillesse et la maladie d'Alzheimer
Saveur Myrtille est un film amateur en cours de production des étudiant·es de CinéCréatis. Cet exercice est pour elleux une occasion de rafraîchir le thème de la vieillesse, et plus particulièrement celui de l'Alzheimer, en rappelant que la vie n'est pas finie quand on est concerné·es.

La maladie d’Alzheimer est sujette à de nombreuses fausses idées, étant souvent réduite à des troubles de la mémoire mais c’est surtout une pathologie qui fait peur, à cause de son arrivée imprévisible et de l’état des malades. 

Des étudiant·es de l’école CinéCréatis essayent de mettre en avant cette maladie, souvent ignorée à cause de cette vision négative. Dans le cadre du projet d’études de Sujet libre effectué en deuxième année, iels produisent un court-métrage de cinq minutes nommé Saveur Myrtille.

Saveur Myrtille, c’est l’histoire d’un homme qui tente de rester en contact avec son père, atteint d’Alzheimer. Pour y arriver, il se sert du métier de glacier que son père exerçait et qu’il adorait.

L’idée c’est ça: la relation père-fils et le lien familial qui se brise quand on est atteint de cette maladie.
— Salomé Chauvat, directrice de production du projet et étudiante à CinéCréatris.

Manon Bouron, étudiante en deuxième année à CinéCréatis et réalisatrice de Saveur Myrtille, précise ce qu’elle veut y illustrer “C’est surtout la vieillesse qui m’intéresse, et comment on accompagne les personnes vers la fin de vie”. Manon et son équipe n’ont pas envie de s'appesantir sur ce passage naturel dans la vie d’un être humain. Iels espèrent, avec ce projet de film, arriver à illustrer une des réalités de la vieillesse, tout en arrivant à lui donner un “regain d’énergie”.

Dernières scènes à l'Ehpad Korian Bois Robillard, le 1er juin 2023 - Photo Arthur Néau

Les apprenti·es cinéastes

Pour y arriver, une équipe d’étudiant·es travaillent depuis septembre. Iels suivent tous·tes une formation à CinéCréatis, et sont de promotions différentes. En ce moment, les camarades sont dans la phase de postproduction du film : iels doivent s’attaquer au montage pendant une quinzaine de jours, avant de le présenter à un jury d’examen. 

Le tournage, qui a été bouclé la semaine dernière, est passé en un éclair. L’équipe avait pour consigne de tout filmer de mardi à jeudi, sans temps complémentaire. Iels ont d’abord tourné des scènes de camion de glaces, avec une caravane qu’iels ont aménagée par leurs propres moyens. Iels ont fini le tournage à l’Ehpad Korian Bois Robillard, dont quelques résidents se sont montrés motivé·es à participer à la figuration.

Le choix de l’Ehpad s’est fait car le papa d’une membre de l’équipe travaille ici, et l’accueil a été très chaleureux. On a pu anticiper tôt le tournage en faisant du repérage et en discutant avec la direction.
— Manon Bouron, réalisatrice de Saveur Myrtille et étudiante à CinéCréatis.

Quand la période d'examen sera passée et que le film aura reçu les remarques du jury, les étudiant·es le présenteront dans des festivals. Saveur Myrtille sera aussi projeté au cinéma Gaumont, lors de la présentation des films de fin d'étude. Il sera disponible pour tous·tes sur la chaîne Youtube de CinéCréatis, d'ici 6 mois à un an.


Rencontre avec Manon Bouron et Salomé Chauvat, lors de la fin de tournage à l'Ehpad Korian Bois Robillard, le jeudi 1er juin 2023. Merci à elles d'avoir répondu à nos questions.

Tournage de Saveur Myrtille
Reportage à l'Ehpad Korian Bois Robillard

Article et interviews réalisés par Emmanuelle Miroux.

Publié le
Un article réalisé par : Rédac' Prun'
Guilt
Punchlove