Passer directement au contenu principal
[JEUNE CRÉATION] BAM BAM BAM, festival de danse engagé
Organisé à Bamako, le projet BAM s’est vu tripler, et devenir BAM BAM BAM afin de s’exporter en France. Le festival a eu lieu au TU à Nantes du 6 au 11 juin.

C’est un concours de circonstances”, explique Arthur Eskenazi, co-directeur du festival. En effet, et même si les dirigeants en sont ravis, débarquer en France n’était pas une priorité dans l’agenda du festival Bam Bam Bam. Et pourtant c’est bien à Marseille, en avril dernier, puis à Nantes, entre le 6 et le 11 juin, que danseurs et autres chorégraphes se sont relayés sur scène et dans différents lieux de ces villes.

Le but du festival est de mettre à l'honneur la nouvelle génération d’artistes africain·e·s.

De jeunes artistes qui "n'ont pas peur de prendre position"

La danse, comme toute forme d’art, permet à ces artistes de se libérer, tel un exutoire, mais aussi, et peut-être même surtout, de transmettre des messages engagés. C’est le cas pour  les artistes Rachelle Agbossou et Alou Cissé, dit Zol, pour qui la danse est plus qu’importante dans leurs vies respectives.

A travers son spectacle nommé “Sika”, Rachelle Agbossou aborde les thèmes de l’injustice, de l’emprisonnement ou encore de l’isolement que peut subir une femme. 

De son côté, Zol a pour objectif de sensibiliser les spectateurs aux désastres de la pollution et de combattre les déchets plastiques qui touchent son pays, le Mali.

Selon Patrick Acogny, danseur, chorégraphe, chercheur, et pédagogue, cette nouvelle génération “n’a pas peur de prendre position”. Le festival est donc un véritable moyen de s’exprimer pour ces artistes, mais aussi un moyen d’avoir “une réflexion un peu plus poussée et pointue sur ce qu’il se passe” au cœur de cette nouvelle génération chorégraphique du continent africain.

Que ce soit à travers un festival, une école, une association ou une compagnie de danse, Arthur Eskenazi, Patrick Acogny, Rachelle Agbossou et Alou Cissé sont de véritables acteurs dans la mise en valeur du continent africain et de sa culture chorégraphique. 

Pour Pun’, Klervie et Nathan sont allés à leur rencontre, afin d’échanger sur l’événement, et tout ce qui gravite autour de ce milieu. 

BAM BAM BAM
Rencontre avec le co-directeur et certains intervenant·e·s du festival

© Élise Fitte-Duval - Rachelle Agbossou lors de son spectacle "Sika".

Interview réalisée par Klervie et Nathan.

Article réalisé par Nathan.

Publié le
Un article réalisé par : Rédac' Prun'
Eyes on the Prize
Che Lingo