Passer directement au contenu principal
[DANSE & HANDICAP] Le corps, un outil de partage et de compréhension
Vendredi 4 février, Curiocité recevait la danseuse et chorégraphe Luisella Rimola, invitée notamment pour nous parler de ses projets visant à faciliter l'accès à la pratique de la danse pour les personnes en situation de handicap.
Interview de Luisella Rimola
Rencontre avec la danseuse et chorégraphe de la compagnie Gioco Cosi

La danse comme outil de partage et d'inclusion

Depuis la création de sa compagnie Gioco Cosi, Luisella nous confie sa volonté de partager le plaisir de danser. Plus qu'un collectif de danse, le groupe souhaite transmettre des valeurs humaines fondamentales de respect de soi et des autres. 

Nous sommes tous·tes différemment habiles — Luisella Rimola

Chaque membre possède son éventail de facilités et de difficultés, et c'est à travers ce prisme que Gioco Cosi communique avec ses artistes en situation de handicap. Le mouvement dépasse alors les mots, et devient "un atout pour se comprendre profondément".

Accompagnée par le collectif T'CAP!, la compagnie lançait en 2018 "Traversée(s)", une création chorégraphique faisant le lien entre 14 interprètes avec ou sans handicap. C'est en 2020 que le projet évolue pour devenir "Le Chant des Possibles", une phase de création mettant la confrontation artistique au centre des débats.

Vers une dimension internationale

C'est avec cette volonté d'échange et de partage que "Le Chant des Possibles" s'associe à des partenaires italiens et néerlandais. Un rapprochement singulier, les différent·e·s acteur·rice·s étant amené·e·s à échanger pendant une année entière avant d'entrer dans la phase de création : "Un an pour faire connaissance, un an juste pour se voir, rechercher, écrire, se dire, se parler."

Le corps ne parle pas de la même manière en fonction des pays — Luisella Rimola

Ensemble, ces 3 acteur·rice·s de la danse européenne forment "Danses Extraordinaires - Danse & Handicap : pratiques créatives, pédagogiques & imaginaires", un projet œuvrant pour l'implication des personnes en situation de handicap dans le milieu artistique.

Cette nouvelle dimension internationale apporte une réelle plus-value au concept initial, tant par son inclusion globalisée que par sa richesse culturelle et artistique.

Avant de devenir un corps de danseur·euse, chaque corps est façonné par une éducation, des traditions, et de nombreux aspects culturels. Les corps parlent la langue de là où ils se situent et sont chargés d'histoire, nous raconte Luisella. Malgré ces différences, la danse parvient à tous·tes nous atteindre, nous parler, nous émouvoir. C'est ici que le mouvement devient un réel vecteur de partage : peu importe l'endroit, peu importe le handicap, la danse est avant tout un moyen universel de communiquer.


Une interview réalisée par Loéva Claverie

Un article rédigé par Julien Garafan

Photo de Une : Contemporary dancing. Crédit : Valerie Titova, Unsplash License.

Publié le
Un article réalisé par : Volontaire en com' et vie associative
Prunothon
Carte blanche aux bénévoles