Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Rétrospective S.M Eisenstein

Cinéma

Rétrospective Sergueï M. Eisenstein

Le Cinématographe
12 RueBis des Carmélites Quartier du Château des Ducs et de la Cathédrale
44000 Nantes

Organisé par : Le Cinématographe
0240479480
http://www.lecinematographe.com/

Prix : De 3,50 à 6,50 €

Adresse Le Cinématographe à Nantes
Du Mercredi 10 Oct. au Lundi 29 Oct. 2018
00:00 à 00:00
Le Cinématographe


Peut-être est-il possible, un an après la commémoration de la Révolution d’Octobre, de dépasser l’image de l’Eisenstein du Cuirassé Potemkine, à jamais statufié en chantre de la révolution bolchevique, en commençant par regarder, re-regarder son premier long métrage La Grève, en s’imprégnant de sa vitalité, de son lyrisme, de ses plans flamboyants mais aussi de sa technique du montage déjà théorisée – le fameux montage-attraction qui réfléchit aux rapports entre les plans jusque dans leurs effets sur l’inconscient du spectateur.


Après plusieurs années de création dans les milieux artistiques qui, en Russie comme dans toute l’Europe, sont traversés par les bouleversements issus du traumatisme de la guerre – dadaïsme, surréalisme, expressionisme – il se lance dans le cinéma où il pense trouver la synthèse de toutes ses aspirations. Et il creusera ce sillon dans tous les films suivants, au travers de toutes les vicissitudes politiques, cherchant à s’adapter aux exigences d’un pouvoir dont il sut vite que sa vie même dépendait de son respect apparent de la ligne du moment.


Sans cesse, inventant de nouvelles formes, il se glissa par les portes étroites qu’on entrouvrait pour lui. Fut-il communiste ? Peut-être. Marxiste ? Sans doute. Mais certainement emporté un temps par l’enthousiasme né de l’espoir d’un monde nouveau plus juste où il investit toutes les forces de l’artiste qu’il était avant tout.


Toutes les infos ici





le cinématographe / cinéma

Illustration : Rétrospective Sergueï M. Eisenstein

Crédit :