Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Transmusicales 2017 : exotisme et pop synthétique attendus

On est à une semaine des 39èmes Transmusicales de Rennes ! L'occasion de vous présenter mes trois attentes du cru 2017 : AZUR, Lakuta, et Mister Milano.

Visuel

La session 2017 du festival breton le plus attendu sera grande, très grande les amis ! Il a fallu se creuser la tête pour en sortir trois noms, trois artistes à ne pas rater cette année, tellement on peut y trouver, comme toujours, de quoi sustenter les appétits musicaux les plus exigeants.

AZUR, l'exotisme venu du Nord


Mon premier coup de cœur a déjà foulé le sol du Parc Expo. C'était en 2013, avec un projet nommé OKAY MONDAY, un quatuor pop repéré notamment par le Printemps de Bourges cette même année. Un groupe dont il est, entre autres choses, le batteur, puisque c'est là qu'est son instrument fétiche.

Antoine Pouilly de son nom de ville, pratique la batterie en autodidacte depuis qu'il a 5 ans. Depuis maintenant 22 ans, donc. Après avoir fait ses armes dans différentes formations lilloises, il se décide -enfin !- à se lancer en solo, sous ce patronyme qui respire le voyage et les plages de sable chaud : AZUR.

Sa musique, elle, se situe entre une pop lancinante et une musique club. Signé sur le label du magazine Bon Temps, sa discographie est légère - un EP à l'été 2016 - mais sans fausse note. Le morceau d'ouverture, Pointe-à-Pitre, annonce la couleur : un rythme doux et entraînant, parsemé de percussions exotiques et d'une mélodie voyageuse.

Ca donne des envies de voyage, de partir loin en avion là où il fait chaud, et ça fait du bien quand le temps commence à se rafraichir. Une bonne dose de soleil à prendre le samedi 9 décembre, à l'Etage, dès 19h30.

--> https://soundcloud.com/bontempsrecords/azur-pointe-a-pitre-bon-temps-records

Mister Milano, les 3 Suisses 


"Une parodie musicale sérieuse de la pop italienne", c'est sous cet adage mystérieux et un nom trompeur que se cachent nos trois barbus chevelus venus du pays du chocolat. Armés de leurs synthétiseurs analogiques tout droit sortis d'une autre époque, ils nous offrent une musique exigeante, teinté d'un romantisme et d'une nostalgie pour les années 70.

Romantisme oui, mais pas gnan-gnan. On parle ici d'un amour agressif, violent, ressenti au plus profond des entrailles grâce à des basses sombres et élégantes. Mais un amour vieux, presque kitsch parfois, tout en restant drapé dans un glamour dont seuls les Italiens en détiennent le savoir.

C'est avec un plaisir non dissimulé que l'on retrouvera Max Usata, Igor Stepniewski - tous deux issus de Puts Marie - et Lou Caramella sur la scène de l'Ubu, lors du focus Suisse du vendredi 8 décembre.

--> https://www.youtube.com/watch?v=3E45tvEpBrY

Lakuta, collectif à l'afrobeat aiguisé


Lakuta est considéré comme un groupe anglais, mais avec ce projet, on part au Kenya, en Tanzanie, au Ghana, en Malaisie, en Espagne et au Royaume-Uni. On voyage entre l'afrobeat, la funk, le latin-jazz, la salsa et le zouk. Un bon aperçu de la black music dans son ensemble. 

La musique, ça sert à réchauffer les coeurs, comme dirait l'autre, et avec ce collectif, ça passe par de la musique latine et des cuivres, présents en quantité et - surtout - en qualité ! Autre magnifique point fort : la voix chaude et entraînante de Siggi Mwassote. 

C'est dansant, c'est chaud, et ça leur paraît si facile qu'on veut voir ça de nos propres yeux. Lakuta, c'est un projet à découvrir dès le premier soir de festival, à 01h05 en Hall 3.

--> https://www.youtube.com/watch?v=dKMreskhSuA


transmusicales / trans / rennes / azur / lakuta / mister milano / festival

Article réalisé par Simon Ains

Publication : Jeudi 30 Novembre 2017

Illustration : Visuel

Crédit photo : Trans






Réagir :