Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

[Reportage] Dans les coulisses du Championnat de France de Beatbox #13

Après avoir parcouru les routes pendant les 13 dernières années, le voilà de retour à Angers au Chabada, là où tout a commencé. Retour sur cet événement exaltant.

14 février 2020. Alors que certaines personnes passent leur soirée en tête à tête avec leur moitié, j’ai choisi de passer ma soirée avec quelques 700 autres personnes au Chabada, à Angers. Le championnat de France de beatbox y a lieu et nous ne pouvions rêver mieux comme date symbolique pour exprimer notre amour envers la discipline du human beatbox.

Retour aux sources


Le championnat de France de beatbox est itinérant. En effet, cet événement change de ville chaque année. Cela permet, entre autre à chacun, beatboxers ou amateurs, de pouvoir venir profiter de cette rencontre quelque soit leur localisation en France. La première édition avait eu lieu au Chabada. Treize ans après, la boucle est bouclée.

L'organisation s’échelonne sur 4 mois, pour 2 jours de compétition. Une première journée pour les qualifications et la seconde pour les finales. Nous pouvons dire que le pari était gagnant à l’époque pour le Chabada, qui était le premier à organiser cet événement. Le beatbox était moins fédérateur et populaire qu’aujourd’hui. Sur deux jours, cet événement a rassemblé environ 1500 personnes, un bel hommage pour ce retour aux sources.

Jour 1 - Qualifications


Il est 20h lorsque les festivités démarrent. C’est la catégorie homme qui ouvre le bal et le tout premier beatboxer à monter sur scène n’est autre que le champion du monde 2018: Alexinho. En l’espace d’1mn30, nous réalisons aisément qu’il n’est pas champion pour rien. Le ton est donné. Le week-end s’annonce passionnant.
Côté homme, ils sont 40 à défiler sur scène avec leur style, leur présence scénique et parfois même leur son unique.

Quand aux femmes, elles étaient 11 à prendre le micro pour montrer leur beatbox sur scène et personnellement, je les ai trouvées incroyable. Ce que j’ai pu entendre était très qualitatif. Elles délivrent aussi bien de la poésie, de la douceur, de la délicatesse que de l’énergie, de la force et de l’audace.

Il y a ensuite eu les deux dernières catégories. Tag Team pour les duos de beatboxers puis équipe. Ces deux dernières catégories délivrent un show complètement différent des solos. Il serait aisé de croire qu’il y a plusieurs instruments sur scène et pourtant, il s’agit bien uniquement de leurs voix. 

C’est à ce moment là que je me suis souvenue d’une phrase dite par L.O.S, premier champion de France et jury cette année, plus tôt dans l’après-midi:
“Une foule qui se prend une claque. Des tonnes de magiciens sur scène qui présentent des tours de magies complètement différent pendant une soirée.”

C’était exactement cela à mes yeux. Un spectacle magique, plein de charme et de surprises.

Jour 2 - Finales


Les qualifications de la veille ont permis de retenir 16 finalistes hommes, 4 finalistes femmes, 4 duos et 2 équipes finalistes. C’est cette soirée là que tout se joue pour les différents compétiteurs, une dimension complètement différente des qualifications.

Les beatboxer.euse.s s’affrontent à tour de rôle sous une forme de question-réponse. Ils reproduisent parfois les sons réalisés par leurs adversaires ou changent complètement de rythme ou style musical. La tension est à son comble à chaque fois que nous attendons que le jury rende son verdict pour savoir quelle personne se hissera en haut du classement.

Ce que j’apprécie particulièrement lors de ces soirées c’est l’ambiance convivial et familial qui en découle. C’est une compétition mais elle est à l’image de la communauté. Les mots qui ressortent le plus souvent pour la qualifier sont la famille ou l’amour. Ils sont généreux tant sur leurs savoirs, leurs techniques et leurs conseils que sur le spectacle qu’ils délivrent au public.

Il est un peu plus de 2h du matin lorsque les portes du Chabada se ferment. C’est déjà avec nostalgie que je repense à ce week-end idyllique.

Dans les coulisses du Chabada


Si vous ne l’avez pas encore compris, ce championnat de beatbox était bien plus qu’une simple compétition. C’était un évènement unique et plein d’émotions.

Je me suis rendue dans le public mais aussi dans les coulisses afin de donner la parole à différents acteurs de cette soirée: 
- Furax, l’un des organisateurs 
- L.O.S, membre du jury et premier vainqueur des championnats de France 
- Alexinho, qualifié solo homme 
- Karlotta, qualifiée solo femme 
- Le Svendro (Andro et Svent), qualifié Tag Team 
- SQUID (Brez, Efaybee, Goatenberg, Orfey & Robin), qualifié crew 
- Des personnes du public entre, beatboxer.euse.s ou non, curieux, novices ou passionnés.

Pour (re)vivre ces deux soirées sous plusieurs perspectives, écoutez le podcast ! (Il est disponible sous l'illustration)

Le mot de la fin


Big Up aux deux enfants de moins de 10 ans qui sont de très loin bien meilleurs que moi en beatbox.

Merci à tous ceux qui ont accepté de témoigner au micro et bien entendu à la French Beatbox Family non seulement pour leur accueil mais aussi pour l’organisation de ce super évènement. Merci à Louise de Khala Production pour la photo illustrant l’article.

Pour vous tenir au courant des prochains événements beatbox aux alentours de Nantes, je vous invite à suivre les pages de la French Beatbox Family ou encore celle du Growl Up France.

Le prochain championnat qui aura lieu sera celui en catégorie loopstation, je ne sais pas pour vous mais personnellement, j’ai déjà hâte d’y être! 


beatbox / human beatbox / french beatbox family / le chabada / angers

Article réalisé par Andréa Cauchoix

Publication : Lundi 02 Mars 2020

Illustration : Fresh Tonic, vainqueur catégorie Tag Team, face au Svendro

Crédit photo : Khala Production






Réagir :