Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Rencontre : un emploi après l'exil ?

La fraternité, au-delà des mots

Visuel CCFD Terre Solidaire

« Nous devons tous apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons tous mourir ensemble comme des idiots. » Ces mots de Martin Luther King m’ont été rappelés récemment lors d’une intervention du CCFP-Terre solidaire (Le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), première ONG française de développement. Au-delà des mots, la fraternité se concrétise par des actes.

Il y a quelques jours, arrivent dans notre salle de classe des bénévoles du CCFD-terre solidaire. Ce comité lutte depuis plus de 55 ans contre la faim en s’attaquant à ses causes, des plus locales aux plus globales.
Parmi eux, j’aperçois une jeune femme, discrète, attentive, un peu nerveuse. Est-elle militante au sein de l’association ? Rapidement, un débat s’engage autour de la migration. « Pensez-vous que la migration va s’accroître ces prochaines années ? La migration politique est-elle plus légitime que la migration économique ? L’État doit-il accueillir et prendre en charge les migrants ? Les migrants sont-ils mieux traités que les pauvres ? »
Les avis diffèrent. Les bénévoles interviennent, régulent les échanges, passent des vidéos expliquant les chiffres de la migration… La jeune femme reste silencieuse. Qui est-elle ?

Soudain, elle prend place sur l’estrade de fortune installée dans la salle. Un bénévole lui donne la parole. Nous patientons, curieux de découvrir son histoire. Cette femme se présente. Elle parle avec les mains, comme les italiens, avec un accent que je ne connais pas, mais qui n’est pas celui d’une italienne ! Par souci de discrétion, je l’appellerai Sofia dans cet article.
Sofia est avocate spécialisée en droit pénale. Du moins, elle « l’était », avant d’arriver en France avec son mari il y a quelques années. Sofia vient d’Albanie, un pays subissant à la fois l’exode de sa population et la corruption politique. La cause de ces départs en masse ; la pauvreté, l'absence de travail, les conditions de vie difficiles et le mépris de la classe politique dans laquelle même d’anciens criminels trouvent un emploi confortable !

Le cabinet d’avocat dans lequel Sofia travaillait a fermé à la suite des pressions exercées sur ses employés. Certains ont été violentés, moralement et physiquement, réveillés en pleine nuit, frappés et menacés. Comme d’autres, Sofia a fui son pays natal et demande l’asile sur notre territoire. Mais l’Albanie fait bonne figure devant les dirigeant de l’Europe ! Elle n’est pas en guerre et se proclame république parlementaire, aussi est-elle considérée comme « sûr » par la France. En raison de ce « label », les chances d'un Albanais d'obtenir l'asile ici se sont réduite comme peau de chagrin.

Cet article ne vise pas à retranscrire un énième débat sur la migration, ni à dénoncer la corruption du gouvernement albanais ou encore à taper sur l’Europe pour son incompétence. Cet article veut agir.
Sofia et son mari ont été déboutés à la suite de leur demande d’asile. Ils vivent chez des bénévoles, risquent l’expulsion à tout moment. Une solution pour eux aujourd’hui est d’obtenir une promesse d’embauche. Sofia est avocate, mais est prête à accepter un travail de femme de ménage, elle sait parfaitement parler français et quant à son mari, il est cuisinier. Le seul « hic » est que la préfecture d’Ille et Vilaine les oblige à rester dans ce département pour travailler, ce qui restreint les possibilités ! Je vous pose cette question, à vous lecteurs internautes : Pouvez-vous les aider à obtenir cette promesse d’embauche ? Directement ou indirectement, comme je le fais moi-même en propageant cet appel à la solidarité.

La fraternité est un mot encore vide de sens. Nous aimons nos libertés, nous luttons activement pour l’égalité, mais la fraternité ne se rencontre que dans les mots, les beaux discours, les débats, les conférences, les articles, les devises, les constitutions, les déclarations, les accords, les prières, les prêches, les citations, les essais, les résolutions… Vous croyez que la fraternité ne vous apportera rien dans votre vie ? Essayez. Agissez. Libre à vous ensuite d’en parler autant que vous voudrez.

Si vous décidez d’agir, contacter soit le CCFD-terre solidaire : bernard.philippe037@orange.fr / 06 31 82 41 65
Soit directement « Sofia » : 07 58 16 65 05

Anne-Sophie Delahais


migration / exil / emploi / rencontre / témoignage

Article réalisé par Rédaction Prun'

Publication : Vendredi 25 Mai 2018

Illustration : Visuel CCFD Terre Solidaire

Crédit photo : CCFD






Réagir :