Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Notre Dame des Landes : vers une reprise du bras de fer?

Mardi, les opposants au projet d'aéroport de NDDL se sont rassemblés devant le palais de justice. L'enjeu ? Faire entendre leur colère face à la reprise des procédures d'expulsions.

Cela faisait quelques temps que les rues de Nantes n'avaient pas vu des banderoles anti-aéroport brandies. Accalmie qui fait suite aux accords conclus avec l’État en 2012 et en 2014. Les différentes institutions  s'étaient engagées à stopper les expulsions, le temps que les recours des collectifs citoyens et paysans soient épuisés.
En juillet dernier, le projet avait de nouveau recueilli l'accord de la justice pour être réalisé. Mais les opposants ont fait appel de la décision.

Pour ces derniers donc, leurs recours ne sont pas épuisés. Il ne devrait alors pas y avoir de procédures judiciaires tendant à des expulsions. "Tendant" car mardi matin, le juge qui s'est présenté à la ZAD était venu estimer le montant des dédommagements en cas d'expulsion des locataires. Ce n'était pas des expulsions à proprement parler.  Le magistrat n'a toutefois pas pu passer les barrages mis en place par les différents collectifs. Une trentaine de tracteurs et quelques 400 personnes bloquaient l'accès aux trois maisons concernées par les expulsions.

Mais les opposants entendent bien manifester leur mécontentement : devant le palais de Justice, le rassemblement est pacifique mais se veut ferme. Cyril, un paysan de Fay de Bretagne est membre du collectif "COPAIN 44" (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d'aéroport), explique la vision des opposants.

Pour en savoir plus sur l'histoire de NDDL : ici

Charline Vatier


zad / nantes / palais de justice / notre dame des landes / nddl

Article réalisé par

Publication : Mercredi 23 Septembre 2015

Illustration : Les opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes se sont réunis devant le palais de Justice mardi, histoire de rappeler qu'ils sont toujours mobilisés...






Réagir :