Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Liberté de la presse : le droit du citoyen à être informé

Le 12 mars dernier, une conférence-débat au sujet de la liberté de la presse était organisée par le Club de la Presse de Nantes Atlantique. "Après l’attentat contre Charlie-Hebdo : la liberté de la presse, c’est quand ça nous arrange ?"

Y-a-t-il des limites à liberté de la presse ? Peut-on tout dire ? Le journaliste est-il libre ? La conférence organisée le 12 mars réunissait différents acteurs du milieu afin de répondre à la problématique. 

Patrick Eveno, président de l'Observatoire de la Déontologie de l'Information, était l'invité principal. Autour de la table, ont échangé avec lui Béatrice Limon, rédactrice en chef de Ouest-France Nantes, Nicolas de la Casinière, essayiste, illustrateur et journaliste ainsi que Philippe Guihéneuf de l'association Les Citoyens de l'Info. Une table bien remplie donc, pour une sujet plutôt délicat.

L'attentat à Charlie Hebdo, désormais symbole d'atteinte à la liberté de la presse

Point de départ du débat sur la liberté de la presse : l'événement du 7 janvier. Chacun des invités donne alors son ressenti, parle de ce qu'il a fait dans "l'après Charlie". Très vite la discussion porte sur le travail des journalistes. L'information sans interruption lors de l'événement a permis à chacun de suivre à la seconde près l'événement. 
En effet, c'est l'une des premières fois que, grâce à l'avancée technologique, il a été possible d'assister à ce point en direct à un tel événement.  Pourtant, pour certains, on a été trop loin. 
Patrick Eveno revient alors sur les condamnations de certains médias par le CSA. Selon lui, certaines condamnations "n'auraient pas eu lieu d'être",  Pour Béatrice Limon de Ouest-France, il faut quand même souligner que certaines chaînes n'ont plus su faire la différence entre "l'information en direct", qui n'est pas un travail journalistique, de "l'information en continu", une information travaillée, avec un certain recul. 
À l'heure du flux informatif continu via internet, on en oublie parfois qu'une information se doit d'être travaillée, re-contextualisée et que pour cela, le travail journalistique est primordial.

Une liberté à repenser ?

Alors déontologique ? Pas déontologique ? Si l'acharnement des journalistes au direct au moment de l'événement peut être remis en question, il apparaît aussi que notre rapport à la liberté de la presse est peut-être désuet.
C'est en tous cas ce qui se fait constater lorsqu'on entend les opinions souvent contradictoires à ce sujet. Outre le travail journalistique réalisé lors de l’événement, c'est aussi la liberté à tout dire et tout montrer, de manière générale, qui a fait débat.
Les réactions "anti-Charlie" en ont surpris beaucoup, de part leur nombre et le fait qu'elles soient beaucoup revendiquées par une population jeune. Le journal a-t-il été trop loin, est-il sorti du "cadre" de la liberté qu'il possède légitimement ? 
Si certains affirment que les rassemblements du week-end qui suivit l'attentat ont réuni la France et que la population a fait preuve d'unité, le débat sur la liberté de la presse a largement divisé et a ainsi montré le besoin d'une discussion des citoyens à ce sujet.
D'un point de vue technique, internet a permis une diffusion de pensées et d'opinions sans limites, apparaissant pour certains comme un lieu de non-droit. Pourtant, il y a bien un cadre à respecter. Le 24 mars dernier, Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat chargée au numérique évoquait d'ailleurs à ce sujet une nécessité d'adaptation de la la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

France: "peut mieux faire"

C'est un peu l'appréciation scolaire que l'on pourrait donner à la France en matière de liberté de la presse. Sa situation n'est certes pas la pire mais le pays se trouve tout de même au 39ème rang en 2014 d'après le rapport de reporters sans frontières. Le pays perd ainsi 2 places par rapport à l'an passé et, en parallèle, on constate, une régression générale à l'échelle mondiale de la liberté de la presse. 
Liberté, objectivité et indépendance médiatique, des idées qui forment un grand débat à propos duquel Patrick Eveno donne son point de vue dans l'interview accompagnant cet article.

Suzon Tisseau


liberté de presse / charlie hebdo / débats / journalisme / citoyens

Article réalisé par

Publication : Dimanche 03 Mai 2015

Illustration : Carte de la liberté de la presse dans le monde en 2014

Crédit photo : Reporters sans frontières






Réagir :