Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Les emplois d'avenir ou comment sauver la face?

En décembre dernier, Nantes Métropole soufflait la première bougie des emplois d'avenir, promesse du candidat Hollande. Alors, promesse tenue?

Il n'est pas simple de garder le sourire quand on est socialiste et qu'on parle emploi. Nantes Métropole a trouvé la parade: mettre en avant les chiffres des emplois d'avenir. 

Ces nouveaux contrats aidés  ont pour vocation à donner une première expérience professionnelle à des jeunes de 16 à 25 ans, peu ou pas diplômés. 

A l'occasion de leur premier anniversaire, il était temps de faire un bilan du dispositif mis en place en novembre 2012... et financé à 75% par l' Etat. Un enjeu de taille!

Retrouver confiance

Avec un taux de réalisation de l'objectif  légèrement inférieur à 80 % sur un peu moins de 4000 contrats qui devaient être signés  et une priorité affirmée dans les zones sensibles , Bernard Bolzer, vice-président de Nantes Métropole dissimule à peine un rictus de victoire. 80% c'est presque l'objectif,oui, presque...On s'en contentera!

"C'était quelque chose d'absolument utile", avance-t-il .  Pour le démontrer, il rappelle, preuve à l'appui,  le concept  de ces contrats qui ont pour vocation la pérennisation. " Nous savons qu'à moyen ou long terme, nous allons avoir des besoins ( à Nantes Métropole). L'objectif c'est donc de les former. Ils pourront ensuite postuler à ces postes vacants"

L'objectif était donc autant qualitatif que quantitatif. "Il faut donner un coup de main pour que des jeunes éloignés de l'emploi réussissent à terme à trouver un emploi, permettre à des jeunes de retrouver confiance."

"J'ai trouvé ma place"

Un coup de main que Nicolas Godall, 18 ans a saisi. Après un C.A.P. menuiserie il ne trouve pas de patron pour un apprentissage. "Je ne voulais pas rester à rien faire". Ce jeune motivé s'oriente alors vers l'animation et propose sa candidature à L' Office Municipal de la Jeunesse ( O.M.J.) où il venait auparavant en tant que jeune adhérent. 

"J'ai trouvé ma place", se réjouit-il. Le jeune homme peut être satisfait , après six mois de  remplacements, on lui propose en mai dernier un emploi d'avenir et un CDI.  Cette chance, ils sont seulement 8%  à l'avoir sur l'ensemble de ces nouveaux contrats. Une pérennisation pas si évidente...

"Il y a eu une phase d'hésitation"

Pour Valérie Lucas, directrice de l'O.M.J., c'est le choix de la simplicité qui a primé alors qu'elle n'avait jusque là jamais eu recours aux emplois aidés. "On est, entre autres, accompagné par la mission locale, l'O.P.C.A. (organisme paritaire collecteur agrée)" . Elle admet néanmoins les doutes qu'ont pu ressentir les cinq jeunes qu'elle a recrutés, à la proposition de ces contrats. "C'est quoi, on s'engage à quoi? Il y a eu une phase d'hésitation et beaucoup de questions se sont posées".

Pour palier à celles-ci, elle met en avant la disponibilité indispensable dans ce nouveau rôle de tuteur. "Il faut permettre au jeune de lui faire découvrir cet emploi, lui permettre de faire des choix". 

Malgré sa satisfaction, elle affirme ne pas vouloir "entrer dans une course effrénée" à la multiplication de ces contrats au sein de l' O.M.J. "Il faut avant tout bien faire ce pour quoi on est engagé".


Nicolas, lui, compte rester à l' O.M.J.. Alors qu'il passera bientôt la dernière partie de son B.A.F.A (Brevet d' Aptitude aux Fonctions d'Animateur), il affirme avoir plusieurs propositions de formation. Un dispositif de formation qui, Bernard Bolzer l'admet, doit être amélioré et sera le grand chantier de 2014 : " Il faut le personnaliser"

Quid de l'ouverture au secteur marchand  en mai 2013?  Une façon de booster des premiers chiffres moroses?  Le vice-président de Nantes Métropole réfute cette idée d'un revers de main: "il y avait des besoins".


Besoins ou pas, on est forcé d'admettre que ces résultats sont sans doute les moins désastreux des autres chiffres en terme de chômage. Preuve à l'appui le gouvernement annonce même un recul chez les 15-24 ans depuis cinq mois. On s'abstiendra de lui renvoyer la non inversion de la courbe du chômage prévue fin 2013...


Article et interviews réalisés par Grégory Ardois



emploi d'avenir / chômage / jeunes / nantes / bernard bolzer / politique / gouvernement / françois hollande

Article réalisé par

Publication : Jeudi 30 Janvier 2014

Illustration : extrait de la campagne sur les emplois d'avenir

Crédit photo : campagne sur les emplois d'avenir





Commentaires

Marie69 - 06/11/2014 16h01


Julien - 08/05/2016 11h51



Réagir :