Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Les 10 ans du Ferrailleur

Du 19 au 28 mai prochains, le Ferrailleur fêtera son anniversaire en 10 jours de concerts. Au programme, plus de 40 groupes ! Rencontre avec Maxime, programmateur de cette salle de concerts incontournable des nuits nantaises...

10 ans du Ferrailleur

Réécoutez ici l'interview donnée lors de l'émission Larsen & Catins sur Prun' du 18 avril 2017. 


Aux origines du Ferrailleur, une association :


Il était une fois… Articulture, association qui souhaitait mettre en avant les groupes locaux & défendre le live dans les cafés-concerts.

Ses membres ont été actifs pendant plusieurs années, organisant 10 à 20 concerts par an. Ils se sont vite rendus compte que cette activité était chronophage : pour 2 heures de concert, il fallait louer du matériel avant (son, lumière), faire le montage la veille, le démontage derrière… sans parler du temps déjà dédié à la programmation et à la communication !

Un constat s’impose à l'époque : il manquait un lieu tout équipé pour les concerts d’Articulture et des autres associations... Les membres de l'association se dispersent, mais l'histoire du Ferrailleur est lancée.

Une équipe de potes aux manettes :


Thomas, actuel gérant du Ferrailleur, rencontre un ses associés alors qu’il est technicien son au Floride, lieu bien connu des noctambules.

Grâce à l'ouverture du Hangar à Bananes en 2007, le lieu est trouvé ! Le Ferrailleur se monte avec 3 gérants. L’un d'entre eux part au bout d’1 an, Maxime arrive alors pour s’occuper de la programmation & de la production au Ferrailleur…

Au début, 6 à 7 concerts par mois sont organisés dans la salle de concerts. « L’équipe s’est aussi construite avec les gens qui travaillaient déjà avec nous dans l’association (…) On a tous appris notre métier comme ça, même si on avait des bases », raconte Maxime. « Notre régisseur lumière c’est Mathieu, j’étais au lycée avec lui ! On a commencé à avoir un groupe de musique ensemble, il est rentré dans l’association pour faire de la lumière, s’est formé à STAFF, et puis bah… il est toujours avec nous ! Et la plupart des techniciens son qui passent chez nous régulièrement, sont des gars qui étaient à l’initiative de l’asso. (…) Grosso modo, on est toujours la même bande de potes autour du Ferrailleur, même Romain le graphiste ! »

Une identité aux multiples facettes :


Malgré une identité très marquée rock & métal, le lieu se veut éclectique.

« Quand je suis arrivé, il y avait 2 objectifs : développer le rock et le métal dans la programmation, et développer le côté « club clé en main » pour que les associations puissent l’investir », explique Maxime.

« On a amené pas mal de choses en 10 ans : au-delà des concerts, on a développé des afters, des animations en terrasse… On est plutôt contents du résultat ! On arrive à travailler avec de nombreuses associations locales qui investissent le Ferrailleur, et c’était ça le but du lieu. »

Un lieu ouvert aux assos locales & aux producteurs indépendants :


« Les premiers qui sont venus nous voir, c’est Pick Up ! » raconte Maxime. « On trouvait ça intéressant d’être intégré à leur événement (Hip OPsession), ça a créé une émulation, d’autres assos hip hop sont venues... Et puis finalement, on a ouvert un peu plus le lieu. (…) Il faut être aussi objectif, c’est très compliqué de faire une programmation en ne faisant que du rock et du métal !».

Depuis l’an dernier, le Ferrailleur travaille avec Jeff Corbel (Zôl), DJ qui s’occupe de la programmation des afters, de minuit à 4h du matin. Il y a désormais 3 afters électro par semaine, de la techno en passant par tous les autres styles.

La programmation des 10 ans :


« Toutes les facettes artistiques du Ferrailleur sont représentées »

>> Les copains musiciens :

Clin d’œil à l’histoire du lieu, la programmation présente, entre autres, une soirée « copains rockeurs » et une soirée « copains bourrins » : « On a Totorro, ok c’est pas des locaux, ils sont de Rennes, mais c’est un groupe qui a fait son premier concert ici il y a quelques années et qu’on défend artistiquement ; il y a aussi Lysistrata, un de mes coups de cœur de l’an dernier en rock ! » pour Maxime.

>> Têtes d’affiches :

« No One et Mass Hysteria, ils nous ont mis une telle claque en live quand ils sont passés chez nous, qu’on s’est dit qu’on allait les faire revenir. »

>> Une programmation collaborative :

Le groupe La Rumeur a été invité par l’association Pick Up. Une carte blanche a été donnée aussi à Blue Wave Production qui organise beaucoup de concerts métal au Ferrailleur et qui a donc invité Periphery. Pour le côté électro, ce sont les Goûters Electroniques qui ont été conviés. « Et puis évidemment, on a donné une carte blanche au Hellfest ! Ce sont les premiers producteurs assez costauds qui sont venus chez nous, donc c’est normal », explique Maxime.

 - Les groupes internationaux  :

Ces 10 ans voient également venir God is an astronaut (post rock), Periphery (métal)…

Le modèle économique de ce lieu culturel privé


La SARL du Ferrailleur ne produit pas de concerts. Une grille de tarifs a été mise en place pour la location de la salle par les associations locales et les producteurs indépendants : 333 euros HT (400 euros TTC) pour les associations locales, 600 euros HT pour les autres structures. La salle est louée avec le matériel son, les techniciens, l’équipe sécurité…

« Le budget qui vient de la location de la salle nous permet de rémunérer toute l’équipe technique, la sécu, mon poste, le graphiste… C’est-à-dire les frais de l’équipe, et la maintenance technique» explique Maxime. « L’activité du bar sert à payer le loyer de la salle, plus le salaire des barmans, comme dans un bar classique. (…) Nous avons dissocié l’activité bar et l’activité artistique. »

C’est le gros volume d’activité du lieu qui lui permet d’être pérenne, avec un nombre très important de concerts par mois.

« On n’a jamais eu de subventions, car on en a jamais demandé ! C’est une volonté de notre part, on est toujours parti du principe que si on veut faire quelque chose et que ça doit marcher, on doit y arriver tout seul ! » conclut Maxime.

Un bon résumé de l’esprit qui anime ce lieu.

Pour plus d’informations : www.leferrailleur.fr 


ferrailleur / le ferrailleur / anniversaire / rock / metal / electro / hip hop

Article réalisé par Bérengère Vito

Publication : Vendredi 21 Avril 2017

Illustration : 10 ans du Ferrailleur

Crédit photo : Le Ferrailleur (détail de l'affiche)






Réagir :