Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Pour ou contre un maire de la nuit à Nantes ?

La première émission de Cité à la Une a été l’occasion d’un débat sur l’initiative de l’élection d’un Maire de nuit. Retour sur une idée, qui plaît autant au public de la vie nocturne nantaise, qu’aux politiques locaux.

En parallèle des élections municipales, qui auront lieu en mars prochain, se prépare sur Internet et dans les bars, l’élection d’un maire de la Nuit. Que ce soit à Nantes, Lille, Toulouse ou même Paris, cette initiative ne manque pas de faire parler d’elle. 

Partie d’Amsterdam il y a de cela 10 ans, elle arrive tout doucement chez nous, en France, depuis quelques mois déjà. 

Une voix et un visage pour le public nocturne

Plusieurs missions seront à la tâche de la personne à qui les Nantais confieront ce rôle dès le 9 novembre prochain. 

Mais la principale sera de jouer le rôle de médiateur entre le public et les acteurs de la nuit nantaise, les institutions administratives, et des riverains inquiets pour leur tranquillité et celle de leur quartier. 

Il, ou elle, sera confronté à plusieurs problèmes. Avant tout, celui de l’hyperalcoolisation des jeunes, que la municipalité essaie d’enrayer en interdisant la vente d’alcool à emporter dès 22h les nuits de jeudis, vendredis et samedis. La décision sera effective dès le 15 octobre.

Autre problématique à laquelle devra faire face le maire de nuit : celle des transports, qui ne sont pas toujours adaptés aux sorties en semaine ou en week-end, pas toujours en adéquation avec la fermeture des bars et autres boîtes de nuit. 

Laurence Garnier : « Il y a plusieurs problématiques relatives à la vie de la nuit à Nantes »

De là, à savoir quel futur attend cette initiative, Laurence Garnier pense qu’il est important de laisser une place à une médiation : « Il faut que celui qui s’occupe de réguler les nuits de Nantes soit quelqu’un qui connaisse le monde de la nuit, et qui y vive, et non plus quelqu’un qui vit le jour ». 

Pour Quentin, porteur du projet, il est également important que ce soit un interlocuteur crédible qui soit élu à ce poste : « Nous avons besoin aujourd’hui d’un interlocuteur crédible, qui puisse à la fois discuter avec les riverains, mais également avec les administrations. Il sera libre du choix de ses missions lorsqu’il sera élu ». 

Et c’est là tout le problème qui est soulevé aujourd’hui par cette élection, qui se veut non politisée, et la moins partisane possible, politiquement parlant. 


Vous pouvez écouter le débat au format audio intégré à cet article, ou le podcast de l’émission du lundi 7 octobre, disponible sur la page dédiée à l’émission.


maire de la nuit / municipales / alcool / maire / nuit / nantes

Article réalisé par Simon Ains

Publication : Mardi 08 Octobre 2013

Illustration : Les anneaux du Quai des Antilles





Commentaires

Fievet - 15/10/2013 01h22



Réagir :