Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Prince Miiaou : un docu loin des lolcats!

Être musicien, c'est pas qu'une affaire de tournées entre potes, mais aussi des doutes et du travail acharné. C'est l'objet du nouveau docu de M-A Roudil, "Le Prince Miiaou," qui se penche sur le dur labeur de la musicienne post-rock du même nom.

"La résistance, la difficulté. Le travail, le travail, le travail, quoi." Voilà qui résume en quelque sorte les obsessions de Marc Antoine Roudil. 

La filmographie du documentariste bruxellois - une petite dizaine de documentaires - se penche souvent sur les stigmates silencieux du travail contemporain : la dépression sourde, l'aliénation rampante, la peur du déclassement, le harcèlement etc.

Et justement, l'auteur du très remarqué "Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés" (documentaire édifiant sur la souffrance au travail) revient avec "Le Prince Miiaou," sorti le 16 octobre dernier. 
Marc Antoine Roudil s'étend cette fois-ci sur le travail acharné d'une jeune musicienne post-rock : Maude-Elisa Mandeau, aka "Le Prince Miiaou".

"J'ai voulu filmer tout le processus de création"
"Le Prince Miiaou", c'est l'histoire de la création du dernier album de la jeune musicienne. De la naissance des premiers accords à la tournée finale en passant par la conception par Maude-Elisa elle-même des kits de presse, Marc Antoine Roudil filme tout. Et puis évidemment, à travers ces étapes, ce sont les joies, les frustrations, les doutes et les espoirs de la jeune femme qui s'offrent aux yeux de la caméra.

"Je la filmais 12h par jour"

Un an et demi de tournage dans la petite maison de la musicienne perdue en Charente Maritime, des plans fixes qui s'abandonnent sur un quotidien sobre et laborieux - Maude-Elisa qui compose, qui réussit, qui échoue, qui s'ennuie, - une caméra qui se colle au plus près de son sujet. "Je lui ai montré un premier montage qui l'a un peu terrifiée, affirme-t-il. C'était douloureux pour elle. C'est douloureux de se voir dans la difficulté, quand pendant quinze minutes on reprend la même phrase. Le travail, ça résiste, c'est compliqué."


Avec le "cinéma du réel " de Marc-Antoine Roudil, c'est la forme qui s'évanouit pour mieux dévoiler l'intensité du fond. Le réalisateur et sa caméra s'effacent, ménagent toute la place au spectateur.


Vous pouvez écouter notre interview du réalisateur juste au-dessus. Le film est projeté au Cinématographe jusqu'à la fin du week-end et, pour ceux qui aimeraient aller voir la chanteuse directement sur scène, "Le Prince Miiaou" passera à la Flèche d'Or (Paris) le 26 novembre et au VIP de Saint Nazaire le 14 décembre.



documentaire / cinéma / cinématographe / post-rock / marc antoine roudil / le prince miiaou

Article réalisé par

Publication : Jeudi 31 Octobre 2013

Illustration : Prince Miiaou - extrait du documentaire

Crédit photo : Marc Antoine Roudil






Réagir :