Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Johanna Rolland veut une vraie politique de gauche pour la sécurité

La candidate PS aux élections municipales de mars prochain a présenté récemment ses propositions en terme de sécurité. Pour l'actuelle première adjointe à la Mairie de Nantes, "la fermeté républicaine" n'a pas de camp.

"Moi je veux parler de Nantes", lance-t-elle d'emblée quand on lui parle de sa rivale UMP Laurence Garnier et de la venue de François Fillon le jour-même dans la cité des Ducs. 

J'attends ses propositions", renchérit Johanna Rolland.


Le ton est volontaire pour celle qui déroule son programme au gré des réunions publiques et des points presse. Après l’assise « Nantes , ville active et créative », le 28 novembre, c’est au tour du thème de la sécurité et de la tranquillité publique d’être passé au crible, à travers ses dix premières propositions. 
"C'est un droit fondamental pour tous les quartiers", affirme la candidate qui articule son projet autour de quatre piliers: proximité, prévention, sécurisation de l'espace public et aide aux victimes.

« Une politique non dogmatique »


Le thème de cette conférence de presse peut surprendre pour une candidate socialiste. Pas question pour elle de se laisser dépasser, même sur une thématique habituellement portée par la droite : « on peut être de gauche et proposer une politique proche et efficace »

Les réponses  évoluent aussi. Le non-catégorique semble proscrit. Un exemple: l'ouverture sur la question de la vidéo-protection qu'elle souhaite "là où c'est nécessaire". A savoir si sa famille politique la suit sur ce terrain souvent miné pour la gauche , la réponse est évasive: "Je suis suivie par l'ensemble de mes colistiers ". 
Pour Johanna Rolland, "la fermeté républicaine" semble aussi passer par des concessions.


« Je veux faire avec les nantais »


Elle veut  simplifier et ne pas "être que dans le discours". L'actuel conseil municipal appréciera...
D'où ses propositions pour créer un Office de la Tranquillité Publique pour faciliter les démarches simples ( tapages nocturnes...)  ou une Consultation Post-Traumatique pour les femmes victimes de violence. 

Pour elle, la sécurité doit aussi  passer par une plus grande transversalité entre les services (police, justice, municipalité, Etat). Mais comment ? Et à quel prix ? « C’est une question de choix ! » assène-t-elle à ceux qui émettent des doutes sur les éventuels moyens de la municipalité. 
Assurer une vraie proximité avec les habitants fait désormais partie des priorités de la candidate avec une « logique de co-production », dans la création d’un conseil des usagers de l’espace public ou la consultation des habitants sur tout grand projet en terme de sécurité . « Le travail en amont est indispensable ».

« J’interpelle l’ Etat au-sujet des effectifs de terrain »


Celle qui salue l'équipe municipale actuelle pour son travail de "politique sécuritaire positive", tout en affirmant qu'elle ne veut pas seulement continuer ce travail, reste néanmoins prudente quand on l’interroge sur la ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire) de Bellevue. 
« Trop tôt pour tirer des conclusions », balbutie-t-elle avant d'apostropher le gouvernement socialiste en demandant plus de moyens humains. 
L’ancienne majorité n’est pas en reste quand elle fustige l’affaiblissement des équipes de proximité qu’elle veut remettre en place  et qu'elle appelle "équipe d'îlotages". 

Le jour même, Laurence Garnier, candidate UMP, semblait vouloir rattraper son retard en lançant véritablement sa campagne jusque là prise dans les pieds des batailles internes et des alliances. Celle-ci a fustigé sa rivale en évoquant un « système à bout de souffle » et un manque d’imagination. Le thème de la sécurité n’a pas fini de faire parler. 

 Article et interview réalisé par Grégory Ardois


politique / johanna rolland / nantes / municipales / sécurité / parti socialiste / campagne / gauche / 2014 / tranquilité publique

Article réalisé par

Publication : Vendredi 13 DéCembre 2013

Illustration : La candidate dévoilera en janvier prochain la composition de la liste qu'elle mènera en mars prochain.

Crédit photo : prun'






Réagir :