Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

[Reportage] GROWL UP #4 Beatbox, instruments et rencontres

Pour la quatrième édition du Growl Up, c'est sous le regard avisé des Jurys MB14, River, Maass, Robin et Fabien que des duos instrumentiste/beatboxer se sont affrontés.

L'association Growl Up France


Growl Up France met en lien diverses pratiques artistiques avec le Human Beatbox, en organisant des événements culturels réguliers.

Pour la quatrième édition du Growl Up qui avait lieu le 14 décembre au Quart'ney à Angers, les organisateurs ont réuni 8 instrumentistes et 8 beatboxers. L'évènement démarrait à 20h et c'est en fin de matinée que des équipes de deux ont été tirées au sort. Ces duos disposaient d'un temps équitable et bien établi pour travailler ensemble et ils se sont affrontés le soir lors d'un battle sur le principe du question réponse.


La complémentarité instrumentiste/beatboxer


Le fait de mélanger le beatbox avec un instrument permet de rendre la pratique plus digeste pour des personnes qui n'écouteraient pas souvent du Beatbox. Comme certains des beatboxers ont pu l'évoquer lors des interviews, cette pratique est une façon de faire de la musique comme une autre. En effet, ce n'est pas un style de musique mais bel et bien un instrument, une façon de faire de la musique. Un chanteur travaille sa voix, un beatboxer travaille ses sons.

" On est capable de reproduire des instruments mais aussi de s'en éloigner. Nous pouvons avoir notre propre beatbox lié à notre personnalité et à nos envies. C'est vraiment un instrument, un médium de la musique que nous avons en tête. " - Orfey

Au cours de cette soirée, c'est un challenge pour les duos de trouver comment marier les harmonies et les rythmes. Il y a plein de jeux à trouver. Notamment de part le fait qu'un beatboxer est capable de faire les basses et la rythmique simultanément.

C'est aussi avant tout une rencontre, un feeling à avoir avec le musicien ou le beatboxer que l'on découvre en face de soi. Le moment présent à apprécier. Proposer des rythmes, des riffs ou encore des thèmes sur lesquels ils sont à l'aise pour ensuite apprendre à découvrir l'univers musical de la personne à leur côté.

"L'après-midi c'est quand même une rencontre. En très peu de temps il faut arriver à faire de la musique avec un inconnu. Le soir, il y a un enjeu avec la compétition mais c'est vraiment la rencontre que j'emporte avec moi." - Babeth

Un battle dans la bienveillance


Pour une majorité des personnes avec qui j'ai pu échanger, le beatbox représente une grande partie de leur vie.

Des confrontations sont organisées régulièrement, alors ils se rencontrent tous très souvent et s'aiment beaucoup. Ils forment une grande famille et leurs énergies bienveillantes sont communicatives.

Par contre, quand c'est la compétition, ils font tout pour gagner. De part ces confrontations, ils travaillent régulièrement afin de s'améliorer pour l'évènement suivant. Cela créé une émulation dans la communauté qui leur permet de devenir plus fort et d'évoluer tous ensemble. La France est une grande nation de beatbox au niveau mondial.

River, l'un des jurys m'exprimait lors de nos échanges la gratitude qu'il éprouve quand au fait de pouvoir être juge au côté de MB14:
"MB14 c'est le premier gars que j'ai vu faire un battle. C'est fou de me dire que je juge avec cette personne que j'admire et que j'ai vu en tant que performer alors que j'étais encore débutant".

Et pour la suite ?


Ne manquez pas les prochains rendez-vous beatbox. Entre Bordeaux, Tours, et Angers, nous avons l'embarras du choix pour découvrir ces performances avec Growl Up France, le championnat de France de Human Beatbox ou encore le projet de Louise Chabosseau, photographe. Restez à l'écoute.

Les vidéos de la soirée seront publiées sur la chaine YouTube du Growl Up et si vous souhaitez découvrir l'évènement (presque) comme si vous y étiez, je vous invite à écouter le podcast!

Un grand merci à Orfey, River, MB14, MAASS, Robin, Alexis, Louise et Babeth pour leurs témoignages.


quart'ney / angers / human beatbox / beatbox

Article réalisé par Andréa Cauchoix

Publication : Vendredi 20 DéCembre 2019

Illustration : Prichia & Basile, un duo Beatbox/Trombone

Crédit photo : Louise Chabosseau






Réagir :