Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Deux filles du Trois et demi au TNT

La pièce de théâtre “Les filles du Trois et demi”, proposée par La chouette culottée et L’effervescence des comprimés, est à découvrir au TNT jusqu'au 7 avril 2017 : un duo de comédiennes de choc pour “un échange brut, drôle, terrible et émouvant”.

Dans le Ghetto Blaster du mercredi 30 mars, nous avons eu le plaisir de recevoir dans nos studios, en direct, Delphy Murzeau et Perrine Dauger, comédiennes, ainsi que David Le Rheun, metteur en scène, pour évoquer la pièce de théâtre “Les filles du Trois et demi”, d'après un texte de l’auteur mexicain Luis Enrique Gutiérrez Ortíz Monasterio, dit LEGOM, traduit par Manuel Ulloa Colonia et Boris Schoemann. Ce texte est paru en France aux éditions Le Miroir qui fume, une maison d'édition qui consacre ses publications au théâtre mexicain moderne et contemporain, et qui veut favoriser la diffusion dans les pays francophones d'un nouveau répertoire dramatique mexicain en phase avec les temps qui courent.

“Les filles du Trois et demi” raconte l’histoire de deux femmes “qui partagent leur quotidien, une vie rude et étriquée où s'imposent les questions d'argent, de violence, de drogue, de relations conflictuelles aux mères, aux ex. Elles n’ont pas de nom, elles ont des enfants qu'on ne voit pas. Elles travaillent au Trois et demi où nous n'irons pas.”

Le texte de LEGOM est écrit pour la scène, ponctué de simples tirets qui sont là pour former un échange rapide de répliques du quotidien, sans note de l'auteur à l’intention des acteurs ou du metteur en scène – on appelle cela en théâtre une didascalie – Sans aucune indication de décor et les deux comédiennes s'en emparent au rythme d'une partie de ping-pong sans compter les points.

L'intention, honorable, de la mise en scène est de “magnifier cette beauté particulière de la misère sociale sans la nier, sans l’escamoter, sans l’augmenter, ni la diminuer, sans la caricaturer”, notamment avec une “scénographie dépouillée, délicate, légère, évocatrice : en détourage”, tout en voulant éviter les caricatures et les jugements moraux autour de la drogue, la pauvreté, la précarité. Au spectateur de décider si le pari est réussi.

“Les filles du Trois et demi” est une tragédie “parce que dès les premières lignes, on sait qu’elles finiront mal ces deux-là”. Donc “c’est une tragédie, mais drôle. Pas tout le temps, pas tout du long.” pour laisser respirer le spectateur, pour lui laisser la possibilité de prendre du recul sur l'histoire sociale de ces deux femmes insoutenable. Et il en faudra de l'humour, si l'on en croit les éditions du Miroir qui cite les intentions de LEGOM : “Je veux troubler nos certitudes bien-pensantes, au point de nous demander si l'horizon d’égalité hommes-femmes auquel nous aspirons ne s'est pas transformé ici en un cauchemar insupportable, celui d’une parité inattendue : le nivellement par le bas du genre humain.”

Les filles du trois et demi
du mardi 28 mars au samedi 7 avril à 21:00 (relâche les 2 et 3 avril),

d'après un texte de Luis Enrique Gutiérrez Ortíz Monasterio,
avec Perrine Dauger et Delphy Murzeau.
Mise en scène : David Le Rheun.
Son : Rym Debbarh-Mounir

TNT : 11 allée de la Maison rouge, Nantes. 
Durée : 1h15
Tarifs : 12€, 9€, 6€ 

L'interview, préparée par Anna Tuyen Tran, est à écouter en cliquant sous la photo. 


Article réalisé par Anna Tuyen Tran

Publication : Vendredi 31 Mars 2017

Illustration : Les filles du Trois et demi, TNT, Nantes 2017

Crédit photo : La chouette culottée & L’effervescence des comprimés






Réagir :