Bienvenue sur le site de Prun'. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ok
Cover

Chargement...

Coup de cœur Prunien : slowthai - Doorman (ft. Mura Masa)

Le rappeur de Northampton bombarde nos tympans d'une pépite goût nicotine enrobage crasse, en toute délicatesse.

freaky smiling slowthai

Derrière son essence de sauvage négligé, le kid nous dresse un flow de plus, un univers de plus, toujours aussi bien travaillés.

“Je fais de la musique sur laquelle tu peux te défouler. J’aime me déchaîner et mettre la pression, je ne suis pas du genre relax. J’en ai rien à foutre, c’est ma personnalité. Je suis indiscipliné.”       slowthai au magazine Yard

Avec Doorman, slowthai appose de plus belle sa signature, où sur un rap chahuté s’entremêlent hip-hop, grime et garage. De la manière la plus poétique, il déclame son amour pour la nicotine et les videurs. Mura Masa parfait cette escapade nocturne d’une production qui transpire le punk.

Le goût de slowthai pour le cinéma cracra et sanglant s’était déjà fait ressentir par le clip de North Nights, où il se met en scène dans les classiques que sont Orange Mécanique, American Psycho, The Shining ou encore La Haine. C’est cette fois en plongeant dans le trou des chiottes qu’il cligne de l’œil à Trainspotting. Le pont aquatique qui en débouche nous plonge, nous aussi, dans un univers planant… qui ne durera qu’un instant.

Du moment où le kid déblatérait quelques vers alcoolisés à des battles de rap au dehors des boîtes, jusqu’à aujourd’hui, où il nourrit la scène anglaise de son énergie débordante, il n’a jamais cessé de se surpasser, toujours à la recherche d’une création exclusive. Et il est bien décidé à rester dans l’école de ceux qui en veulent et qui envoient.

« Je dois travailler 10 000 heures pour atteindre mon objectif, sinon je ne progresserai jamais et je deviendrai suffisant. Je déteste ce sentiment de complaisance. J’ai l’impression que c’est ennuyant quand tu atteins ce point où tu te dis ‘ça y est, je suis heureux’. Je veux continuer à progresser. »

Depuis 2016, après ses EP slowitdown et I WISH I KNEW, et quelques bombes lâchées ponctuellement, slowthai ne nous a jamais déçu·e·s et souvent surpris·e·s. C'est promis, on continuera à se galvaniser de ses projets.






grime / punk / hip hop / punk rap / garage / northampton / angleterre / uk

Article réalisé par Service Civique Programmation

Publication : Jeudi 24 Janvier 2019

Illustration : freaky smiling slowthai






Réagir :